Marionnettes en chemin 2
  • Association d’education relative à l’environnement de hammamet
وصف

Le projet « Marionnettes en chemin 2 » vise à valoriser le patrimoine culturel immatériel et favoriser l’accès à la culture à Médenine et Tataouine  à travers l’art de la marionnette. Les activités principales du projet sont l’écriture de contes inspirés d’histoires populaires racontées par les séniors, des ateliers de fabrication de marionnettes et d’écriture théâtrales suivies d’un festival.

Story du projet : Impact et réalisations

Des contes traditionnels titillent les esprits des enfants. Ils dessinent les personnages, écrivent les dialogues, fabriquent des marionnettes et les manipulent pour camper les rôles. Comme des patres d’étoiles célestes, ils pénètrent dans l’univers des marionnettes et redonnent vie aux contes tombes dans l’oubli. Cela se passe a Médenine et a tataouine ou le pouls du temps bat à un rythme mystérieux, celui qui stimule l’enfant et le pousse à la création.

« Marionnettes en chemin », est un projet né de la désolation vécue dans les zones défavorisées en termes de divertissement et de soif pour la culture des enfants en milieu rural qui peinent à s’exprimer librement et à montrer leurs potentiels créatifs.

L’Association la Voix de l’Enfant Rural (AVER) a imaginé et conçu ce projet qui vise à promouvoir la culture  et la diversité sociale et aspire à l’amélioration de la situation culturelle dans les régions de Médenine et Tataouine. Le défi est d’éclore les talents enfouis des enfants et d’éveiller l’esprit créatif culturel à travers l’art de la marionnette. « Nous avons commencé  par le recueil auprès des seniors des contes anciens qui ont été racontés aux enfants et à restaurer cette mémoire orale en voie de perdition », assure Anis Saada, président de l’association. L’objectif  de  cette étape est de maintenir une communication intergénérationnelle à travers dix histoires éditées dans une série supervisée par le docteur Zouheir Ben Terdayet, universitaire et homme de théâtre, qui a chapeauté les sessions de formation des enfants à l’art de la marionnette et qui s’est chargé d’épurer les anciens contes des messages violents.

Quant aux pièces théâtrales, ce sont cinq œuvres qui ont été sélectionnées pour être jouées. Elles portent sur des thèmes telles que la fidélité, l’honnêteté, la fraternité et l’entraide. Des messages de tolérance et des valeurs universelles ont été véhiculés à travers un langage théâtral simple et accessible pour les enfants. Ces derniers ont donné libre cours à leur imagination pour dessiner les personnages des contes, indique-t-il.

Un festival itinérant, pour la présentation des pièces mises en scène, a sillonné les gouvernorats du Sud (Médenine et Tataouine). Il a été pris d’assaut par une assistance composée d’enfants et de parents, et a conquis un public assoiffé du quatrième art.

En plus de  la  dynamique  culturelle  que  le  projet a pu enclencher dans la région, un changement comportemental a pu être relevé auprès des enfants, indique Nabil Bousnina, directeur du Complexe de l’enfance à Remada. Le projet a, en effet, permis l’inclusion de 2 enfants handicapés et de 5 orphelins.

« Le projet a eu, de ce fait, un impact positif sur le comportement de ces enfants à besoins spécifiques qui s’est traduit par une meilleure intégration dans le milieu socio-éducatif, ce qui nous a valu les félicitations du Commissariat régional à l’éducation et du ministère des Affaires culturelles », indique-t-il.

Le succès de ce projet s’est également traduit par une coopération avec les institutions publiques, les espaces privés ou la société civile en l’occurrence la délégation régionale de l’Enseignement, l’Espace Hoch d’art, l’Ecole Ouerjijen, l’école Hessi Médenine ou encore le Complexe d’enfance à Remada. Encouragés par l’impact positif de ce projet, l’intention est de coopérer davantage ensemble au futur.

Témoignages

«On a observé une baisse des troubles comportementaux des élèves, tels que le repli sur soi, l’agressivité, la timidité. Les enfants font preuve d’une réconciliation avec eux-mêmes, d’affirmation de soi et de créativité dans les classes», Mohamed Thabet, Directeur de l’Ecole Ouerjijen

« Le projet a donné lieu à une nouvelle synergie culturelle. L’art de la marionnette a prospéré dans la région et on assiste à plus de productions de ce style», Anis Saada, Président de l’Association « AVER »

Télécharger la story du projet

الصحافة